Le symbole de tout un village est en cours de restauration. La roue de l'éolienne a dû être déposée au sol en attendant d'être réparée.

 

107 ans. C'est l'âge de l'éolienne de Barbonne-Fayel. Construite en 1903, cette éolienne a permis pendant soixante-neuf ans de fournir en eau les habitations de la commune par pression naturelle.
En 1972, grâce au progrès technique, l'éolienne a été remplacée par des moteurs électriques et les pompes à pistons par des pompes rotatives.
Les habitants auraient pu voir cette éolienne démontée et disparaître du paysage. Mais au fil des décennies, cette dame d'acier était devenue le symbole des habitants et du village. Alors bien qu'elle ne fonctionne plus, les conseils municipaux qui se sont succédé, ont choisi de la laisserdominer le village.

 

lunion_eolienne_1

Éolienne girouette
Depuis cette date, l'éolienne est devenue girouette. La queue du gouvernail directionnel, qui était perpendiculaire à la roue, a été mise parallèle à la roue.
Mais voilà, à l'automne 2009, « l'assiette du système tournant a perdu des éléments en raison d'un manque de maintenance et d'usure. La toiture de la maison située au pied de l'éolienne a été endommagée », explique Jean-Claude Landra, adjoint au maire.
En juin 1992, l'éolienne avait déjà subi les aléas du vent et elle était tombée au sol. Mais ces nouveaux travaux apparaissent plus conséquents.
Jean-Claude Landra a donc fait expertiser puis réparer l'éolienne sans résultat car les soudures n'ont pas tenu.

Une dépose urgente
Le 25 janvier dernier, tout l'ensemble tournant (queue et roue à eau) a été déposé au sol pour sécuriser le site et éviter un drame.
Plusieurs devis ont été proposés par des entreprises susceptibles d'effectuer les travaux pour que l'éolienne garde la fonction de girouette. L'appel d'offres lancé, une entreprise a été sollicitée pour réparer les pièces ou en fabriquer. En effet, en raison de l'âge de l'éolienne, certaines pièces seront remplacées intégralement.
Les travaux devraient prendre tout l'été et se terminer à la fin du mois d'août. Deux jours seront nécessaires pour remonter l'ensemble.
Il faut savoir que la roue pèse plusieurs tonnes et mesure huit mètres de diamètre.
Enfin, pour parler des choses qui fâchent : le coût. Entre la rénovation, la manutention, les frais de sécurisation et la dépose, le montant est estimé à 27 000 euros. Pour cette petite commune, cette somme est certes conséquente mais nécessaire car « c'est un élément positif pour la connaissance de la commune », assure Corine Hubert, maire de la commune.

lunion_eolienne_2

Perrine COEUGNIET Journal L'Union Juillet 2010