La carte de Cassini de Barbonne-Fayel

cassini_barbonne

La carte Cassini a été dressée à la demande du Roi Louis XV.

Elle est la plus ancienne des cartes de l'ensemble de la France à l'échelle topographique. Ce travail considérable a été l'oeuvre d'une véritable dynastie de scientifiques: "Les Cassini". On ne compte pas moins de 180 cartes au 1/86400 ième qui ont été dessinées à la plume sur une période de 65 ans (de 1750 à 1815). La genèse de cette magistrale réalisation est due à Jacques Cassini (1677-1756) qui se spécialisa sur les aspects concernant la représentation du globe terrestre. Il est le fondateur de la cartographie topographique et fut anobli par le Roi au titre de "Seigneur de Thurry". C'est à son fils, César-François Cassini de Thurry (1714-1784) que l'on doit la réalisation proprement dite de la première carte de France. Il réalisa d'abord la carte des Flandres en 1747. Ce travail impressionna Louis XV qui lui confia le relevé de l'ensemble du royaume. Jacques Dominique Cassini de Thurry (1748 - 1840) acheva la réalisation de la carte. Ce n'est guère qu'au XIXème siècle que la carte d'état major au 80 000 ième s'y substitua.

Cette carte provient du site de la Bibliothèque Nationale de France et est "libre de droits".

 


Le nom primitif serait Bar-sous-Bois, suite à une constante fidélité et à une bonne réception dans ce village, un Thibault, comte de Champagne lui donna le nom de Barbonne. Une présence de Templiers y est attestée au début du XIIe siècle sur le site de Fayel, puis une commanderie se trouvait à la place actuelle de la mairie .

 

Plusieurs incendies ravagèrent Barbonne :

  • 1590, seul témoignage : une inscription sur une maison de la rue du Prétoire : J'ai été brûlé en 1590 ;
  • 19 janvier 1624 ;
  • 10 février 1637 : 12 maisons brûlées ;
  • 29 novembre 1698 ;
  • 25 avril 1705 : mort du premier marguillier d'honneur, Hardy ;
  • 27 mars 1720 : 80 maisons brûlées ;
  • 27 août 1730 : 150 maisons incendiées ;
  • 1827 : 5 maisons brûlées.

Il y avait des fortifications et donc des portes :

  • au nord : porte Saint-Antoine, ou de l'Orme ;
  • à l'est : porte Saint-Antoine ou de Fayel ;
  • au sud-ouest : porte Saint-Jacques ;
  • et à l'ouest : porte Saint-Michel.
En avril 1845 la commune de Barbonne fusionne avec celle de Fayel. Les habitants de Fayel disposent alors du droit d'affouage sur certains bois de la forêt de la Traconne. Petit à petit le village de Fayel, situé au sud-est de Barbonne, se vide de ces habitants, pour disparaitre complétement.